UNE SOIRÉE À L’UNIVERSITÉ MONDAINE

La coquetterie, « art difficile à bien pratiquer » et « joli sujet que n’ont encore effleuré que les romanciers et les dramaturges ». Mardi 23 janvier 1912, E. M. Green, couturier, tient une étonnante conférence au 23, boulevard des Capucines dans le cadre d’exception de l’Université Mondaine.

« La Mode et la Coquetterie » est une authentique leçon de style moderne à l’usage de femmes élégantes. La présentation est illustrée par un défilé de « croquis vivants » et accompagnée par de nombreux entractes musicaux, parmi lesquels un menuet « dit mimé et dansé » par mademoiselle Raphaële Degennes.

Green y expose les règles d’or de ce style XXe siècle qui est « toute une époque » au cours d’un contradictoire « galant » avec madame Frappa, incarnation ironique et pétulante de la mode d’antan. Devambez retrace cette soirée d’intimité mondaine dans un petit livre aux illustrations finement soignées : nouveau témoignage de l’attention que la maison porte à l’élégance comme défi de perfection.

Green, E. M., La Mode et la Coquetterie, Paris, Devambez, 1912