UN HOMME BIEN MIS NE DOIT PAS ÊTRE REMARQUÉ

« Un homme bien mis ne doit pas être remarqué. […] Méprisant cordialement les costumes extravagants, les cols énormes, les chaînes d’or et les chapeaux pointus de ces bohèmes de Bousingots », les dandys, « élégants véritables », se bornent à appliquer en règle d’art le premier principe – véritable philosophie de vie – de leur maître incontesté, lord Brummell.

George Brummell, petit-fils de confiseur, artiste de l’élégance en dépit de sa modeste fortune, fait de la manière d’être tout en nuances – et de l’insouciance qui l’accompagne – le véritable compas pour mesurer le monde. En 1909, le catalogue que Devambez imprime pour le tailleur de luxe High Life Taylor fait revivre le faste de cet art de s’habiller, qui est aussi, et avant tout, un art de vivre.

Jacques Boulenger, Le Chic et les Dandys, Paris, Devambez, 1909