L’ÉLÉGANCE DU SALTIMBANQUE

« Il en va ainsi de la vie. Qu’est-ce autre chose qu’une pièce de théâtre, où chacun, sous le masque, fait son personnage ? »

Plus de quatre siècles après, Devambez saisit la finesse satyrique de l’ouvrage le plus célèbre d’Érasme de Rotterdam, pour confier en 1919 à Ferdinand Bac les illustrations qui composeront l’édition prestigieuse de L’Éloge de la folie. Bac répond à la proposition de Devambez par dix lithographies aux références culturelles complexes et à l’ironie mordante.

Petit cousin germain de Napoléon III, Bac vécut son enfance dans l’intimité mondaine des cours européennes et quitta l’Allemagne pour conduire une vie de bohème à Paris. Sa passion pour le beau le verra paysagiste raffiné et homme de lettres entouré de figures telles que Marcel Proust, Jean Cocteau, Gabriele D’Annunzio et Barbey d’Aurevilly.

L’Éloge de la folie, soigné dans les moindres détails, est tiré à 250 exemplaires signés par l’illustrateur. L’édition reste le témoignage du mariage entre le talent visionnaire de Bac et l’expertise qui fait la renommée de l’éditeur parisien comme authentique artiste du papier.

Ferdinand Bac, L’Éloge de la folie : dix lithographies originales, Devambez, Paris, 1919