LA GARDE-ROBE D’UN HOMME ÉLÉGANT

« De 1830 à 1840 Brummell et le comte d’Orsay firent école en France » : véritables maîtres du costume et de la manière, arbiter elegantiarum des deux capitales de la mode européenne – Londres et Paris – ils établissent, par leur même mode de vie en société, l’élégance du « dandy absolu ».

L’Exposition des dandys inaugurée à la galerie Devambez le 5 novembre 1912 nous introduit dans la garde-robe privée des hommes les plus raffinés de l’époque.

Gilets de soie époque Louis-Philippe, parapluies et bas en soie, chapeau de soie, de feutre et de castor pour le soir, pour sortir ou pour conduire, cannes « royalistes », joncs et cravaches, mais aussi « bijoux romantiques et fashionables de 1830 à 1850 », monocles, accessoires pour carrosses, sets de table et de bureau…

Près de 600 objets, véritable vertige de la liste, célèbrent le défi périlleux d’un raffinement ultime.

Jacques Boulenger, Le Chic et les Dandys, Paris, Devambez, 1909

Jacques Boulenger et Henri Clouzot (organisée par), Exposition des dandys, catalogue d’exposition, galerie Devambez, Paris, 5-22 novembre 1912, Paris, Devambez, 1912