DEVAMBEZ PRÉSENTE CHEZ GALIGNANI, PARIS

Qualifiées de fief britannique, les rues de la Paix, de Castiglione et Rivoli forment au tournant du xixe siècle « un quartier londonien » dans lequel l’anglomanie mondaine se banalise.

Cet état de fait n’échappe pas au célèbre guide touristique Adolphe Laurent Joanne, qui en 1867 écrit, dans les pages de Paris illustré : « C’est, en général, autour des Tuileries, dans la rue de Rivoli et dans le faubourg Saint-Honoré, où se trouve l’ambassade d’Angleterre, que l’aristocratie britannique de nom et de fortune colonise lorsqu’elle visite Paris. Qui ne connaît, au moins de nom, l’hôtel Meurice, situé rue de Rivoli, 228. C’est une véritable possession anglaise en plein Paris. »

Pour répondre à cette anglomanie commerçante, certaines enseignes s’ouvrent à une double clientèle, tant française qu’étrangère. En 1856, c’est sous les arcades du 224, rue de Rivoli, que s’installe Galignani : « The first English bookshop established on the continent » acquit rapidement la renommée d’élégance British qui ne cesse d’accompagner son nom.

Les commerces d’articles de voyage s’adaptent aussi à ce nouveau marché, comme en témoignent les « English spoken » qu’affichent les malletiers du quartier. L’élite fortunée de passage devient une clientèle de choix des emballeurs qui se chargent d’expédier leurs récentes acquisitions. C’est au 347, rue Saint-Honoré (devenu 233, rue Saint-Honoré après 1856) que, en 1834, la future maison Goyard ouvre ses vitrines.

Près de deux siècles plus tard, Devambez renoue avec la tradition de la maison par la publication du prestigieux volume Goyard, malletier, qui, à son tour, trouve sa vitrine naturelle chez Galignani.

L’ancien « quartier londonien » du xixe siècle resserre ainsi, dans un petit tour de rues autour de la place Vendôme, l’essence la plus profonde de la philosophie de Devambez : l’idée du luxe comme valeur qui traverse le temps.

[Textes tirés de Goyard, malletier, Paris, Devambez, 2010]

L’Hôtel Meurice, Paris, Devambez, 1928

Pierre Tzenkoff, Goyard, malletier, maison fondée en 1792, Paris, Devambez, 2010