LE CINÉMATOGRAPHE CHEZ DUFAYEL

Les stéréoscopes et les mutoscopes sont seulement deux exemples des innombrables curiosités offertes par les Grands Magasins Dufayel, issues de la vocation commerciale avant-gardiste de son propriétaire.

« C’est ainsi que dans la salle de l’horloge, réservée aux inventeurs, a été faite une superbe installation pour y donner des séances de cinématographe, des conférences et expériences sur les nouvelles conquêtes de la science, ainsi que divers spectacles et attractions. Le public est ainsi tenu au courant […] de tout ce qui peut élever l’intelligence, ravir les yeux, charmer l’oreille. »

Le rideau se lève à quatorze heures trente, puis les séances s’enchaînent et rythment la semaine, y compris le dimanche. Elles amènent le spectateur à travers tous les continents, de l’Algérie à la Syrie en passant par la Venise pittoresque et présentent aussi Les Débuts d’un chauffeur  dont les différentes scènes s’appellent « Le départ du garage », « Cycliste, attention !!! », « Dans les choux » –, ou encore Les Facéties du Diable, « grande pièce abracadabrante en trente-cinq tableaux, comportant d’innombrables trucs de théâtre inédits et variés ».

Une visite aux Grands Magasins Dufayel, Paris, Devambez, vers 1905

Cinématographe des Grands Magasins Dufayel, programme des séances, Paris, Devambez, vers 1905