ALMANACH 1921, SOUS L’ENSEIGNE DU MASQUE D’OR

« La lutte est engagée, désormais, entre la mode coûteuse et la mode aisée » : la mode abandonne le corset au nom de l’émancipation et de la liberté de mouvement du corps, les formes se simplifient au nom d’une linéarité élégante. Les sportsmen remplissent les hippodromes pendant les courses, réservées à une élite moderne qui part à Londres en airship et pour laquelle l’automobile est « une vieille connaissance ».

Avec l’Almanach publié en décembre 1920, sous l’enseigne du Masque d’Or, Devambez nous plonge dans cette période de l’entre-deux-guerres, où, malgré « certaines restrictions », « Paris devient le rendez-vous du monde ».

Le goût du plaisir et de la danse y est « impérieux », la « sarabande infernale » du « jazz-band y fait fureur », la noblesse y donne des bals mémorables où tradition rime avec élégance. La littérature voit à la une Pierre Loti, Anatole France et Marcel Prévost, mais aussi Jacques Boulenger ; le théâtre consacre Francis Carco, Tristan Bernard et Sacha Guitry et connaît le développement des grandes scènes de la Comédie-Française et de l’Odéon.

L’art et les salons se renouvellent par le retour au primitivisme et le cubisme se banalise.

Le cinéma, de ses débuts tâtonnants un quart de siècle avant dans le sous-sol du Grand Café à Paris, trouve son berceau aux États-Unis et devient une véritable industrie où efforts techniques et artistiques se mélangent pour créer une « si intense impression de vie ».

Le portrait mondain de la société parisienne est scandé, sur les pages de ce petit livre soigné comme un bijou, par les illustrations d’Édouard Halouze, maître du style Art déco, connu aussi comme « style 1925 » et caractérisé par l’emploi de nouvelles lignes issues du cubisme et du Bauhaus.

La partition d’une des barcarolles du compositeur Gabriel Fauré et une recette inédite d’Édouard Nignon, chef mythique qui fait du Larue, place de la Madeleine, le restaurant plus élégant du Paris des années 1920, complètent l’ouvrage, véritable « petit guide de la vie élégante » retracé à travers la « journée d’un vrai Parisien » qui se conclut par une liste d’adresses incontournables.

Almanach du Masque d’Or, 1921, première année, Devambez, Au Masque d’Or, Paris, 1921